Mode et quotidienneté à la lumière de Michel de Certeau

Par Manon Renault.

S’habiller, regarder, consommer la mode, et autoproduire des discours médiatiques “mode” : des activités quotidiennes négligées ? 

Si Michel de Certeau, philosophe français “du quotidien”, n’a dédié que peu de lignes aux pratiques vestimentaires, ses outils théoriques ont laissé place à des questionnements sur les liens entre mode et modernité, rythmant les débats anglophones des Fashion Studies, et embrayant la discussion quant au tournant “matérialiste” ou encore des “affects” dans la méthodologie contemporaine. Cette contribution propose de revenir sur des travaux en mode revendiquant une filiation avec l’auteur de L’invention du quotidien, tout en questionnant de manière plus large le destin des concepts clés “certaliens” circulant dans de multiples champs d’études.


Choisir un vêtement pour sortir, sauvegarder des images de “looks” sur Instagram, se promener et croiser des annonces Gucci ou Decathlon : sans y prêter attention, les interactions avec les discours de mode rythment nos vies de manières plurielles et hétéroclites. 

“La mode est l’une des manifestations culturelles les plus immédiates et les plus quotidiennes que nous négligeons à nos risques et périls.” écrivait l’historienne Elizabeth Wilson dans l’ouvrage Chic Thrills (1992).

Si Elizabeth Wilson, comme Susan Kaiser, Barbara Burman ou Carol Tulloch appartiennent à une génération de chercheuses anglo-saxonnes marquées par les théories féministes, elles dénoncent un oubli du quotidien dans des études de mode focalisées sur l’ “extraordinaire” (Burman, Buckley), et de fait, déplacent l’étude vers ce que la mode a de plus prosaïque et banal, faisant ainsi appel à une lecture oblique, ou un braconnage indirect de l’œuvre de Michel De Certeau. 

Dans un article intitulé “Les trois héritages de Michel de Certeau. Un projet éclaté d’analyse de la modernité”1, Éric Maigret, professeur en sociologie des médias à l’université Sorbonne-Paris 3, brosse le portrait d’un homme à l’œuvre riche et composite, dans laquelle il est aisé de piocher afin de répondre à différentes visées épistémologiques : 

“L’héritage de cette pensée a d’abord été disjoint entre trois champs scientifiques au moins, celui de l’histoire, celui des religions et celui de la communication, et également entre deux espaces, la France, où l’historien, le spécialiste de la mystique et le sociologue de la culture ont été tour à tour évoqués, et les pays anglo-saxons, où la figure du spécialiste des pratiques culturelles contemporaines a longtemps prédominé.” rappelle le chercheur, ayant participé à l’introduction des Cultural Studies dans l’espace académique français2. 

De fait, dans le domaine des études anglo-saxonnes en design et histoire de la mode, De Certeau nourrit un socle critique de la modernité, questionnant méthodes scientifiques et terrains de recherche encore tournés “vers les pratiques des élites” et “l’histoire des podiums” selon Cheryl Buckley et Hazel Clarke. 

Les deux historiennes de la mode et du design signaient en 2017 Fashion and Everyday Culture, rendant compte des aspects quotidiens d’une mode observée entre Londres et New-York, à travers différentes méthodes dont les micro-récits biographiques. En articulant l’étude des diffusions matérielles comme médiatico-culturelles de la mode, les auteurs mettent en avant la circulation protéiforme d’une mode dont la diffusion est loin d’être inféodée à la théorie du trickle down3. Les autrices transcendent ainsi la dichotomie entre haute-culture et basse culture, ou encore quotidien et ordinaire, indispensable pour observer la mode contemporaine.

À l’heure où la mode extraordinaire compose le quotidien des classes créatives urbaines, et que la mode ordinaire des tiktokeurs dansant dans leurs chambres devient extraordinaire sur le podium de maisons telles que Celine, alors une utilisation critique et recontextualisée des concepts certaliens de « braconnage », et le ralliement à sa vision de l’écriture de l’histoire prenant en compte toutes les paroles “sans disqualification ni exclusivisme”, permettront de construire une réflexion sur le développement de la pensée de la mode contemporaine croisant différentes dynamiques de recherche.

Trois axes s’esquissent : 

  • Qu’est-ce que le quotidien ?

  • Qu’est-ce que le quotidien, élevé au rang de principe esthétique, dans la construction des discours de l’industrie de la mode, et dans les discours écrivant l’histoire de la recherche ? Doit-on parler d’un « simulacre du quotidien » ? 

  • Qu’est-ce que le quotidien au titre de méthode de recherche? 

Le sujet certalien est une occasion de questionner les méthodes et objets d’étude en mode ayant fortement évolué depuis le tournant internet, tout en adoptant une démarche critique face aux élans “postmodernes”.

Un projet de description de la modernité face à ses réceptions postmodernes

Jésuite, historien, chargé d’enquête auprès du ministère de la culture: si l’activité scientifique de Michel De Certeau est variée, elle n’en est pas moins rigoureuse, portée par un projet d’étude empirique de la modernité où s’articulent des questions concernant les modalités du croire et celle du faire :

“Une triple interrogation soutient l’œuvre entière (de De Certeau) qui porte sur les régimes de valeurs (comment s’opèrent les partages politiques entre le « peuple » et ceux qui le produisent symboliquement), les régimes de pratiques (les usages différenciés), les régimes de croire (avec des investissements plus ou moins massifs des individus et des sociétés dans leurs croyances) et leurs transformations historiques. Le programme certalien est résumé dans l’avant-propos de La culture au pluriel, réflexion sur les régimes de valeurs, comme L’invention du quotidien est une réflexion sur les régimes de pratiques (la réflexion sur les régimes de croyances étant répartie dans de multiples textes)” indique Éric Maigret.

Articuler régimes de valeurs, régimes de pratiques et régimes de croire : si ce vaste projet intellectuel n’a pu advenir du vivant de l’homme, la triple articulation permettant “une histoire authentique des univers contemporains” reste à finaliser selon Éric Maigret, qui décrit dans son article les usages différenciés de la somme certalienne, s’arrêtant plus particulièrement sur les réceptions anglo-saxonnes de L’invention du quotidien4 ayant servi à poser le paradigme du public actif en science de la communication.

En France, les extraits de L’invention du quotidien portant sur les pratiques de lecture font office de classique pour tout étudiant en sciences de l’information et de la communication. La prose certalienne, grouillant de métaphores comparant le lecteur à un braconnier, est le préambule des Cultural Studies de Richard Hoggart. Soit une ellipse puisque de Certeau répète la critique du concept de culture populaire, déjà présente dans The Uses of Litteracy d’Hoggart. Publié en 1957, et traduit en français en 1970 par Passeron et Bourdieu sous le titre La culture du pauvre, le texte introduit des expressions telles que « ruses », « tactiques » et « lecture oblique » qui sont aujourd’hui labellisées « de Certeau ». En retour, de Certeau influencera le monde anglo-saxon de la recherche en médias et culture qui s’appropriera d’un geste critique l’apologie du lecteur braconnier.

“L’invention du quotidien a eu un impact considérable sur les Cultural Studies à la fin des années 1980 et au début des années 1990” note Ben Highmore, professeur en Cultural Studies, et auteur de plusieurs ouvrages sur l’œuvre de de Certeau. Publié en 1980, le tome 1 de L’invention du quotidien sera traduit en 1984 en anglais et fera l’objet de citations affirmées dans la branche américaine des Cultural Studies, par ailleurs critiquées pour leurs dérives interprétatives des publics menant à l’indéterminisme généralisé –  à titre d’exemple, les travaux d’ Henry Jenkins ou encore John Fiske, “culturalistes”, participeraient à une “empoétisation de la vie ordinaire”.

De fait, dans les Cultural Studies britanniques, le modèle de la réception active, est nuancé par Stuart Hall ou David Morley5 “qui demeurent attachés à l’idée de déterminations sociales des lectures mais aussi de lectures “‘préférentielles’ ou ‘hégémoniques imposées par le texte” (Maigret, 2000). Le modèle codage/décodage, développé par Stuart Hall pour étudier les différents modalités de réception des messages médiatiques, est aujourd’hui réutilisé dans des travaux sur la mode étudiant le lien des publics aux régimes de valeurs distribuées par les médias de mode6.

Si l’interprétation américaine de L’invention du quotidien débouche sur “une poétique de l’agir”, elle permet de retour en France de défaire l’analyse des publics d’une vision passive avilissante, et de rompre avec une image des pratiques culturelles baignant dans le déterminisme social7. Cette “lecture oblique” de de Certeau par la deuxième vague de CCS britanniques8 permet de renouveler la description des phénomènes de décodages de la culture, embrassant leurs pluralités, tout en évitant de plonger dans un postmodernisme complet. 

Par ailleurs, les allers-retours France-Outre-Manche participent au développement de méthodes de recherches qualitatives, tels que les entretiens et observations participantes. Plus qu’un simple éloge “pop” des libertés individuelles9, les discussions sur la réappropriation et le détournement comme pratiques quotidiennes forment une sorte de paradigme de “l’usage” fonctionnant sur la base d’une approche ethnographique de la modernité.

Le Mod est-il un braconnier ? 

Pourtant, les éloges concernant les usagers et leur capacité de résistance n’embrassent pas automatiquement la voie méthodologique du terrain d’observation ethnographique, et les études du style et de la mode attestent des écarts “culturalistes” décrits ci-dessus. Cette malédiction ne touche pas de manière homogène les réflexions sur la mode, qui pendant longtemps ont suivi au moins deux champs disciplinaires distincts : les études dites “culturelles” et l’histoire basée sur les objets.

“La divergence actuelle se produit entre l’étude basée sur l’objet, réalisée par les conservateurs de musée, et les études universitaires sur l’habillement et la mode, généralement basées sur des sources écrites, des images et des statistiques, mais rarement sur la réalité” écrivait en 1998 Jarvis10, dans un numéro de la revue Fashion Theory inaugurant un débat méthodologique prégnant, puisque vingt ans plus tard Anneke Smelik rappelle11:

“La compréhension sémiotique de Barthes [1967]  du vêtement en tant que représentation a poussé le domaine de la mode dans la sphère de l’immatérialité”.

Cas emblématique des dérives des “études culturelles”?  Les travaux menés par Dick Hebdige, sur les jeunes des cultures ouvrières en Grande-Bretagne, regroupés dans Subculture, the Meaning of Style édité en 1979. Alors membre des CCS britanniques, le cadre théorique du chercheur mêlant marxisme, sémiologie et théories de l’avant garde-artistique, congédient les voix des Punks, Mods ou Skinheads, leur préférant des outils d’analyse littéraire sophistiqués.

Au tournant des années 1990, ces propositions font l’objet de débats au coeur même des CCS : David Muggleton12, reprochera à Hebdige une radicalisation de la théorie des ” résistances”  par le prisme de la sémiotique. Les Punks, Skas et autres Teddy Boys seraient réduits à des formations idéologiques et militantes engagées, dont la contestation face à la culture dominante serait le mouvement propre à une identité de la classe ouvrière. Cette visée nourrit une entreprise de “folklorisation” des pratiques ouvrières dans les CCS, encouragée par la conjecture post-structuraliste, selon Ben Highmore. 

Dans son entreprise de description du langage des subcultures “spectaculaires”, Hebdige évoque les tactiques de bricolage “cynique” des Punks, analysées comme des critiques manifestes à l’égard du déclin britannique, postulant que le vêtement est un outil au service d’une communication calculée. Les vêtements, danses, argot forment ici des unités de langages assemblées par “bricolage” au sens de l’anthropologue Claude Lévi-Strauss. 

La référence mérite d’être soulignée, puisqu’elle permet de relier Hebdige à de Certeau qui se réfère également à l’anthropologue. Développée dans La pensée Sauvage, le concept de “bricolage” désigne une réarticulation des objets afin de procéder à de nouvelles significations13.

Réinséré au niveau des valeurs et des imaginaires, le bricolage correspond à ce qu’Umberto Eco nomme “une guérilla sémiotique”, preuve d’un “bricolage” réflexif des jeunes des classes ouvrières, déjà décrites dans les écrits de John Clarke concernant les Teddy Boys et leur look “New Edwards ”14. La dimension “homologique”15, assimilant le vêtement à un outil de communication, permet de rationaliser les valeurs et mode de vie d’un groupe marginalisé et d’en dégager une structure explicative pour les chercheur des CCS. Évidemment cela repose sur un présupposé : le vêtement est un outil de communication.

Si l’étude des dimensions immatérielles du vêtement par la voix sémiologique fut critiquée, les travaux d’Hebdige permettent de mettre en lumière des systèmes de significations qui ne sont pas ceux d’une “élite”. Soit un progrès dans l’historiographie de la mode, puisque les pratiques des marges sont enfin éclairées. 

Au demeurant, Hebdige ne parvient pas à surmonter la dichotomie entre “haute-culture” et “basse-culture” puisqu’il ne note pas les influences du système de la mode dans le quotidien des punks. La raison ? Un cadre “moderne” qui idéalise les sous-cultures en les déconnectant de la société marchande et en oubliant de questionner le rapport de ces dernières aux médias de masse. L’impact d’une société “dominée par l’image” sur le concept de bricolage sera analysée dans les travaux de David Muggleton ou Sarah Thorton, tous deux représentants d’études culturelles renouant avec le terrain au tournant des années 1990. 

En parallèle des études culturelles, initiant une véritable “déviance” et indiscipline méthodique, les études vestimentaires historiques basées sur les objets se développent, décrites par Lou Taylor comme une méthode qui “se concentre nécessairement et sans réserve sur l’examen des détails des vêtements et des tissus”. Valérie Steele, fondatrice de la revue Fashion Theory, s’inscrit dans cette dynamique reprenant la méthode de l’historien de la culture matériel John Prown pour “lire le vêtement” afin de mieux comprendre la culture.

Dans les études culturelles, comme dans les études historiques, on peut questionner les choix des sujets. Parler de “style” et de “vêtement “peut-il se faire dans l’abnégation du système de la mode et de sa prégnance grandissante et protéiforme dans une société qui décrit aujourd’hui les marques de luxe comme des “ministères de la culture” ?16

Décrire le quotidien au cœur du renouvellement des méthodes

Si le vocabulaire certalien différencie le pôle des stratégies et celui des tactiques17, leurs dialogues sont indispensables, comme semble le suggérer une frange des études de mode contemporaines reconnectant “mode des podiums” et “pratiques vestimentaires ordinaires” dans des échanges féconds sur le quotidien.

“Décrire le système de la mode de l’ordinaire”, “write the real”,  telles sont les ambitions affichées par Hazel Clarke et Cheryl Buckley dans leur ouvrage Fashion and Everyday Life : London and New York. Publié en 2017, l’ouvrage dresse les limites du terme “mode”, normalisé comme intrinsèque à la modernité depuis les écrits de Charles Baudelaire, Thorstein Veblen ou Walter Benjamin.


Les autrices s’inscrivent dans la lignée de Carol Tulloch qui remplaçait le terme “fashion” par l’expression style-fashion-dress18(repris par Susan Kaiser) ou encore Jennifer Craik qui invitait en 1993 à dissoudre et reconstruire le terme “mode”, confiné au développement de la mode européenne. 

The book explores the relationships between high (elite designer) fashion and everyday fashion (clothing behaviour in general).(…) The interconnections between high fashion and everyday fashion are still only partially understood” écrivait Craik en 1993 dans The Face of Fashion.

De fait, Clarke et Buckley déploient le langage certalien au côté des analyses du philosophe Henri Lefebvre, tels des remèdes critiques permettant d’explorer les “routines” et de questionner ainsi la pénétration des discours mode dans la société contemporaine. Avec l’arrivée des médias de masse, l’augmentation des temps de loisir, puis le développement d’une société dite “de la consommation” dans l’après-guerre, la mode se démocratise quittant les salons parisiens. Les autrices mobilisent Michael Gardiner (Critiques of Everyday Life, 2000), Ben Highmore, (Everyday Life and Cultural Theory: An Introduction, 2002), Barry Sandywell ou enfin David Chaney, (Cultural Change and Everyday Life, 2002) – soit une réception anglo-saxonne de de Certeau prônant que le quotidien et la modernité ne sont plus antithétiques.

“This book propose that fashion can be ordinary as well as extraordinary and it can be indicative of the everyday – telle est la phrase ouvrant Fashion and Everyday Life : London and New York.

Afin de parvenir à la description du quotidien à la fois ordinaire et extraordinaire, la méthodologie articule histoire orale, micro-récits et théorie basée sur les objets. Ainsi ce n’est pas seulement Michel de Certeau, le théoricien de la réception active en communication qui est convoqué, mais Michel de Certeau, chercheur, pensant l’écriture de l’histoire : 

“L’œuvre de Michel de Certeau se réclame en effet clairement du métier d’historien et aborde de front le problème de la production du savoir avec les textes réunis dans L’écriture de l’histoire (1975). Ceux-ci rappellent vigoureusement que l’acte interprétatif gît au cœur de l’activité scientifique puisque le travail de l’historien consiste à convoquer des absents par le biais de matériaux divers — archives et autres traces matérielles — qui fournissent l’illusion d’une immédiateté du passé mais non sa saisie.”  écrit Éric Maigret.

Écrire l’histoire des absents s’inscrit pour Buckley dans une visée féministe comme elle l’explique dans son article “Made In Partiarchy II : Researching (or Re-Searching) Women and design”19 listant un ensemble de travaux des années 1960 et 1970 portant sur les relations des femmes au design, preuve que la dynamique de réécriture de l’histoire de la mode s’article avec les mouvances politique et sociale qui influencent la formation de la pensée.

“Le fait de travailler avec des collègues qui s’intéressent aux femmes et au genre – pas seulement les historiens du design, mais aussi ceux qui travaillent dans les études cinématographiques, l’histoire de la mode et l’histoire de l’architecture – a également façonné ma réflexion note Buckley, historisant ainsi la démarche menée avec Hazel Clarke.

Ainsi les interactions disciplinaires sont le terreau d’un renouvellement méthodologique. Dans des chapitres tels que “Dressing up”, les auteures questionnent les dimensions genrées, raciales et de classe intervenant dans les pratiques d’habillement, convoquant le fond référentiel des études intersectionnelles. 

À travers sept chapitres, la visée de l’étude du quotidien devient l’excuse à l’interdisciplinarité: histoire sociale, culture visuelle, urban studies et gender studies sont mobilisées pour regarder du côté des coulisses, et décrire une “pomologie du faible” immanente à la description des nouvelles formes de croire dans deux grandes capitales ou le mot mode revêt de formes hétéroclites et variés. L’ouvrage se conclut sur une réflexion quant à l’importance des médias sociaux dans nos cultures visuelles contemporaines et leurs influence dans la formation de stéréotypes concernant les grandes villes de la mode. 

S’habiller, se déshabiller, sortir, travailler, faire les courses dans des villes-mondes de la mode ou se croisent des sphères sociales différentes : en posant la question du quotidien, le glissement le plus important de l’ouvrage est de considérer la mode en terme de pratique. Cette visée traverse de nombreux ouvrages contemporains:  

“Prendre la perspective du corps vécu, ou comprendre la mode comme une pratique corporelle située, ne signifie pas seulement un changement d’échelle vers l’ordre social micro, mais aussi un passage de la mode comme vêtement (objet) à la frontière entre soi et l’autre, à la mode comme la pratique (le fait de porter) reliant le corps et l’autre par l’interaction” expliquait de son côté Clemens Thornquist20, ajoutant que l’activité la plus centrale de la mode est peut-être le port, considéré au sens littéral ainsi que dans le sens le plus large d’interaction avec les vêtements et autres objets conditionnés par la mode”.  D’emblée, une porte s’ouvre sur les réflexions portant sur le tournant “matérialiste” de la mode, la pratique de la mode en tant que pratique émotionnelle incorporée21, ou encore les relations humain/non-humain.

En 2018, Anneke Smelik invitait au tournant “new materialism” : soit prendre au sérieux la matérialité des choses de par la déconstruction des dualisme humain/non-humain, sujet/objet. Pour ce faire, la pensée mode emprunte alors au champ théorique des science studies. En France, Manuel Charpy convoque également le terreaux des sciences studies, citant Bruno Latour dans des réflexions soulignant la portée des objets et des techniques dans l’avénement de la modernité.

“[Il faudrait] explorer des terrains concrets où se déploient les interactions quotidiennes entre objets, dispositifs et pratiques sociales. Il faudrait ainsi abandonner la vision linéaire d’un siècle de progrès technique pour envisager la diversité des agencements entre les dispositifs techniques et les groupes qui les façonnent et les utilisent » écrivent Manuel Charpy et Francois Jarrige en 2012 dans l’introduction de la Revue d’histoire du XIXe siècle consacrée à “Penser le quotidien des techniques”.

Vers des axes nouveaux : la mode comme pratique et le terreau fertile des Sciences Studies

En élevant les pratiques du quotidien en méthode de pensée, Michel de Certeau oblige les chercheurs à constamment remettre en question leur outils d’analyse pour éclairer ce qui est constitutif “du quotidien”. L’écriture de l’histoire s’articule à une description des formes hégémoniques de mode, leurs méthodes de diffusion/démocratisation et les tactiques de réception développées.

Aujourd’hui, cette réflexion implique une conceptualisation des rapports aux outils techniques – non seulement au moment de la construction du vêtement, mais aussi dans sa diffusion et appropriation – notamment via la pratique de porter une tenue, mais aussi de commenter, liker, partager, introduisant une relation homme-machine.

“La problématique de l’altérité, donc de l’interprétation et du changement social, constitue le cœur de la pensée certalienne puisqu’elle traverse tous les thèmes et toutes les époques abordés” souligne Maigret, citant Jeremy Ahearne, spécialiste de de Certeau. 

Aujourd’hui, la question de l’altérité continue d’animer la pensée sur la mode, notamment dans le cadre d’une pensée “écologique”. “L’autre” ce sont tous les non-humains : les plantes, les animaux, les bactéries, les fibres comme l’explique Donna Haraway qui invite  dans Staying with the trouble  au ‘becoming-with each other’ . La phrase est retenue dans les discussions concernant le nouveau matérialisme reprises par Anneke Smelik. 

“Becoming with De Certeau” ? Par ces éclairages disloqués, la reconstitution proposée souligne la complexité de la réception de l’œuvre certalienne, dessinant une histoire de la pensée de la mode entre sciences de la communication et histoire. Loin d’être imperméable, les deux branches affrontent des problèmes épistémologiques communs, comme le souligne les discussions labellisées Fashion Studies”. Professeurs en design, historiens, auteurs postcoloniaux ou spécialistes en culture juvénile empruntent les voix certaliennes d’une analyse des usages permettant d’envisager la mode comme une pratique – et non comme un simple « esprit du temps » ou système langagier. 

  1. Maigret Éric. Les trois héritages de Michel de Certeau. « Un projet éclaté d’analyse de la modernité ». In: Annales. Histoire, Sciences Sociales. 55ᵉ année, N. 3, 2000. pp. 511-549. []
  2. Au tournant des années 2000, Eric Maigret participe à l’introduction des Cultural Studies dans l’espace francophone. Ainsi, l’intérêt du chercheur pour l’oeuvre certalienne dessine une archéologie du discours questionnant les continuités et discontinuités entre De Certeau et la réception française des Cultural Studies. []
  3. Théorie de la diffusion des modes vestimentaires construite au début du XXème par la sociologie de Georg Simmel et consistant à penser une forme d’imitation sociale émanant des classes inférieures à l’égard des classe supérieures. []
  4. Pour prendre connaissance des réceptions différentielles de L’Invention du quotidien , Eric Maigret prend le prisme des théories de réceptions des médias de masse et l’étude des cultures populaires, permettant de disposer des points de vue des Cultural Studies britanniques (Hall, Morley), américaines (Fiske, Jenkins), mais aussi australiennes, tout en revenant sur les travaux en sociologie de Passeron et Grignon et Roger Chartier. []
  5. Cultural Studies britanniques []
  6. Voir notamment les travaux de Morna Laing qui reprend dans son article “Between Image and Spectator” les méthodes des “reception studies” et discute du texte “Codage/ décodage” dans sa méthodologie []
  7. Nous faisons ici référence aux théories de l’habitus culturel développées par Bourdieu. []
  8. David Morley cite Michel de Certeau dans les recherches qu’il effectue avec Roger Silverstone sur l’usage de la télévision dans l’espace domestique, ce dernier étant de plus l’auteur d’un article élogieux sur L’invention du quotidien. []
  9. “Dans ce contexte le braconnage est devenu un simple fétiche, un synonyme de contestation pour des élites universitaires récemment converties aux médias de masse, confondant socialisme, féminisme, anticolonialisme et vie quotidienne des publics, autrement dit leurs intérêts, leurs goûts et ceux du “peuple”. Maigret, 2000 []
  10. Jarvis, A. (1998), ‘Letter from the editor’, Fashion Theory, 2:4, pp. 299–300. Jenss, H. (ed.), Fashion Studies: Research Methods, Sites and Practices, London, Bloomsbury, 2016. []
  11. Smelik “A. New materialism: A theoretical framework for fashion in the age of technological innovation.” In: International Journal of Fashion Studies, pp. 33-54, 5:1, 2018 []
  12. Muggleton, David, 2002, lnside Subculture – the Postmodern Meaning of Style (Dress, Body, Culture), Oxford, Berg, 2002. []
  13. “re-ordering and re-contextualisation of objects to communicate fresh meanings, within a total system of significances, which already includes prior and sedimented meanings attached to the objects used” []
  14. Clarke, John, “Style” in Hall, S. et Jefferson, T., (eds.) Resistance Through Rituals: Youth Subcultures in Post-War Britain, London, Routledge, 1990 []
  15. Le concept d’homologie semble apparaître dans la thèse de Paul Willis parue en 1978 sous le titre de Profane Culture portant sur les cultures hippies et bikers suivant une approche d’observation participante. []
  16. À titre d’exemple l’article “Pourquoi les marques de mode se transforment en nouveaux ministères de la culture ?”  publié le 26 mai 2020 sur le magazine Antidote. []
  17. Chez de Certeau, les tactiques et stratégies sont différenciées. Les stratégies appartiennent aux institutions tandis que les tactiques correspondent à l’art de faire déployé par les plus faibles. []
  18. Voir Carol Tulloch, Black Style, London, V&A, 2004 []
  19. Cheryl Buckley, Made in Patriarchy II: Researching (or Re-Searching) Women and Design,Design Issues 2020 36:1, 19-29 []
  20. Clemens Thornquist (2018) The Fashion Condition: Rethinking Fashion from Its Everyday Practices, Fashion Practice, 10:3 []
  21. En forgeant le concept d’ “embodiment” – (incorporation ), Joanne Entwistle invitait en 2003 à prendre au sérieux la pratique de l’habillement à travers des études empiriques. []

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search