Michel de Certeau et les études de mode – Une discussion avec Marco Pecorari


Par Manon Renault.


Pour Sartoria, Marco Percorari, directeur du Fashion Studies MA program à la Parsons Paris, revient sur la façon dont les concepts certaliens développés dans L’Ecriture de l’histoire peuvent répondre à des problématiques contemporaines concernant la mode telles que la construction des archives, ou encore l’étude de la marginalité.

Son ouvrage, intitulé Fashion  Remains: Rethinking Epherema in the Archive, est sorti le 11 février. Loin se limiter à la seule utilisation des concepts certaliens et accordant une place unique aux éphémères de la mode, comme les catalogues de collection et invitations de défilé, ce travail invite à faire de ces objets des méthodes d’investigation révélant les systèmes de valeurs et de réseaux que l’industrie de la mode maintient délibérément dans l’obscurité.

For Sartoria, Marco Percorari, director of the Fashion Studies programme at Parsons Paris, looks back at the influence of certalian concepts in the writing of history to address contemporary issues concerning fashion – such as the construction of archives, or the study of marginality. His book Fashion Remains: Rethinking Epherema in the Archive was published on 11 February. Beyond the exclusive use of certalian concepts and giving a unique place to the ephemera of fashion – catalogues, invitations, etc. – this work invites us to turn these objects into methods of investigation revealing the value systems and networks that the fashion industry deliberately keeps in the dark.

 


Manon Renault — Quelle est l’influence de Michel de Certeau dans tes travaux et en quoi cet auteur renouvelle-t-il les pratiques d’études de la mode ?

What is Michel de Certeau’s influence on your work and how does this author renew the practice of fashion studies?

Marco Pecorari — Le travail de de Certeau a été crucial dans mon étude des « éphémères » et des archives dans la mode – en particulier pour ce qui a trait à ses écrits sur l’histoire en tant que pratique –, notamment dans son livre L’écriture de l’histoire, où il présente l’histoire comme une pratique construite qui explique de nombreuses activités quotidiennes qui ne contribuent pas seulement à écrire, mais aussi à faire l’histoire. Ce texte a été crucial pour analyser les idéologies du travail d’archivage en relation avec les éphémères de la mode, et les moyens et réseaux invisibles par lesquels ces objets acquièrent aujourd’hui une valeur culturelle et – même – économique. Il s’intéresse à la manière dont les objets quotidiens sont transformés en artefacts d’archives, et c’est ce que j’ai essayé de mettre en évidence dans mon travail sur les éphémères de la mode en montrant également les capacités de ces objets à révéler ces mécanismes de création de valeur.

The work of de Certeau has been crucial in my study of ephemera and archives in fashion – especially in relation to his writings on history as practice – in particular his book ‘The Writing of History’ where he unpacks history as a constructed practice spelling out many everyday activities that not only concour to the writing but also to the making of history. This text has been crucial to unpack ideologies in archival work in relation to fashion ephemera and the invisible ways and networks through which these objects are today gaining cultural and – even – economic value. He’s interested in the ways everyday objects are transformed into archival artefacts and this is what I tried to highlight in my work on fashion ephemera showing also the capacities of these objects in revealing these mechanics of value creation.

Qu’observes-tu concernant la réception et la circulation des travaux Certaliens en France ? En quoi cela diffère-t-il de la circulation anglophone ?
What do you observe concerning the reception and circulation of Certalian works in France? How does this differ from traffic in the anglo-saxon theory ?

J’ai découvert de Certeau à travers des travaux universitaires anglo-saxons où il a été fondamental pour l’étude de la “vie quotidienne”. Des auteurs comme Ben Highmore ont abondamment cité son livre L’invention du quotidien pour réfléchir à ce que l’on appelle désormais les “everyday studies” : un domaine qui s’attache à repenser le rôle de la pratique culturelle dans la vie quotidienne et la manière dont nos pratiques quotidiennes s’inscrivent dans des idéologies sur le sexe, l’ethnicité et la classe. Je trouve particulièrement intéressante l’idée de “tactiques” et même de “stratégies” : deux concepts au centre de son travail et de son objectif de révéler les systèmes de combinaison opérationnelle qui composent aussi une « culture ». Peut-être est-ce son ouverture aux techniques capitalistes qui a favorisé un développement de ses théories à l’étranger plutôt qu’en France.

I encountered de Certeau through anglosaxon academic works where he has been fundamental for the study of ‘everyday life’. Authors like Ben Highmore have extensively quoted his book ‘L’invention du quotidien’ to reflect on what has become known as ‘everyday studies’: a field that focus on rethinking the role of cultural practice in everyday life and the ways our daily practices are embedded of ideologies about gender, race and class. I find particularly interesting de Certeaus’s idea of ‘tactics’ and even ‘ways of operating’ : two concepts at the centre of his work and his aim to reveal “the systems of operational combination which also compose a ‘culture’ » Maybe it’s been his openness to capitalistic techniques that may have seen a development of his theories abroad rather than France.

 

En examinant des archives oubliées, j’ai voulu montrer le potentiel des matériaux éphémères pour montrer les pratiques, les acteurs oubliés, mais aussi la construction des idéologies dans l’industrie de la mode.


Si de Certeau renouvelle l’historiographie dans L’écriture de l’histoire ( 1975), en s’intéressant aux personnes marginalisées, les études en mode (notamment « décoloniales ») semblent questionner la construction de la «  marginalité », mais aussi celle de classe.

If de Certeau renews historiography in L’écriture de l’histoire (1975), by taking an interest in marginalised people, fashion studies (especially “decolonial” ones) seem to question the construction of « marginality », but also that of class.

Je suis d’accord pour dire que l’attention qu’il porte à la marginalité est cruciale. Comme il le dit : “La marginalité n’est plus aujourd’hui limitée aux groupes minoritaires, mais est plutôt massive et envahissante ; cette activité culturelle des non-producteurs de culture, une activité non signée, illisible et non symbolisée, reste la seule possible pour tous ceux qui achètent et paient néanmoins les produits voyants par lesquels s’articule une économie productiviste”. Je pense que c’est une vision très avant-gardiste de ce que nous vivons aujourd’hui et de la façon dont la mode contribue à créer un sentiment de marge. En ce sens, les médias numériques et sociaux semblent incarner cette idée de marginalité globale comme une sorte de marginalisation individuelle mais collective de soi. En termes d’ethnicité, je pense qu’il sera crucial de se pencher sur la marginalité dans les pays post-coloniaux où la mode est utilisée comme un mode silencieux du colonialisme. Je pense à toutes ces semaines de la mode qui émergent et au type de hiérarchies que ces événements ont tendance à rejouer – surtout en ligne.

I agree that his attention to marginality is crucial. As he says: “Marginality is today no longer limited to minority groups, but is rather massive and pervasive; this cultural activity of the non-producers of culture, an activity that is unsigned, unreadable and unsymbolized, remains the only possible for all those who nevertheless buy and pay for the showy products through which a productivist economy articulates itself”. This I think is a very avangardist view on what we are living today and the ways fashion contribute to create a sense of the margin. In this sense, the digital and social media seem to embody this idea of global marginality as a sort of individual but collective marginalization of the self.  In terms of race, I think it will be crucial to look at marginality in post-colonial countries where fashion is used as a silent mode of colonialism. I am thinking of all these fashion weeks emerging and the sort of hierarchies that these events tend to emulate – especially online.

 

Nous consommons le numérique au quotidien et, je dirais, trop rapidement. Cette hyperconsommation nous rend plus conscients des questions politico-sociales, mais en même temps, elle nous éloigne d’une vision matérialiste de la société. Qui est derrière cette production de contenu ?


Quels sont les pans de la mode encore oubliés ?

What parts of fashion are still forgotten?

Je pense que l’idée d’éphémérité a été au centre de l’étude de la mode, mais il y a eu peu de choses en rapport avec la matérialisation et la célébration de ces « éphémères ». C’est ce que j’ai essayé de faire dans le livre Fashion Remains où je développe une catégorie de matériaux éphémères de communication qui semblent incarner l’état ultime de la mode. En examinant des archives oubliées, j’ai voulu montrer le potentiel des matériaux éphémères pour montrer les pratiques, les acteurs oubliés, mais aussi la construction des idéologies dans l’industrie de la mode. Ces matériaux éphémères manifestent le temps de la mode, et l’étude de leur transformation en objets culturels pourrait nous aider à dévoiler ce que de Certeau appellerait leur “mode de fonctionnement ».

Mais pour interroger la culture de l’éphémère, nous devons aussi développer beaucoup plus de travail sur les chiffres et les pratiques qui se cachent derrière le numérique. Je pense ici aux personnes qui travaillent derrière la création de l’image numérique et de l’information numérique. Nous consommons le numérique au quotidien et, je dirais, trop rapidement. Cette hyperconsommation nous rend plus conscients des questions politico-sociales, mais en même temps, elle nous éloigne d’une vision matérialiste de la société. Qui est derrière cette production de contenu ? Quelles sont les conditions de travail qui se cachent derrière ces contenus que nous “consommons” constamment et librement ? La mode est également construite sur ces mécanismes et il est essentiel de commencer à défaire ces réglementations. C’est ce que nous avons essayé de faire avec l’exposition “Unmaking the Fashion Digital Image” pour explorer qui est derrière les images sur Vogue.com. Nous avons collaboré avec l’agence InDigital.tv et avons révélé les acteurs, les transitions économiques et même l’espace physique et immatériel de la construction de ces images numériques.

La théorie de l’économie politique devient centrale dans ce processus – surtout à une époque où l’internet accumule une énorme quantité de documents éphémères et où de nouvelles idées d’archives, de nouvelles idées de pratiques historiques prennent place. Je pense ici aux bases de données en ligne, mais aussi à la numérisation des collections des musées. Tout est fait à la lumière d’une idée positive d’accès et de partage, mais qui regarde réellement ces masses numériques ?

I think the idea of ephemerality has been at the centre of the study of fashion but there’s been little in connection to the materialization and celebration of these ephemeralities. This is what I tried to do in the book Fashion Remains where I expand on a category of communication ephemeral materials that seem to embody the ultimate state of fashion. Looking at forgotten archives, I aimed to show the potential of the ephemeral materials to show the practices, forgotten actors but also the construction of ideologies in the fashion industry. These ephemera tick at the time of fashion and to study their becoming cultural artefacts may help us to unveil what de Certeau would call their ‘ways of operating’.

But to unpack the culture of the ephemeral we also need to develop much more work on figures and practices behind the digital. Here I think of the people working behind the creation of the digital image and digital information. We consume the digital on an everyday basis and, I would say, too quickly. This hyper-consumption is making us more aware and conscious of political-social issues but at the same time it moves away from a materialist view on society. Who is behind this content production? What type of labour conditions are behind these content that we constantly ‘consume’ freely? Fashion is also built on these mechanics and it is central to begin to unmake these regulations. This is what we tried to do with the expo ‘Unmaking the Fashion Digital Image’ to explore who is behind the images on Vogue.com. We collaborated with the agency InDigital.tv and revealed the actors, the economic transitions and even the physical and immaterial space of constructing these digital images.

 Political Economy theory becomes central in this process – especially at a time where the internet is accumulating an enormous amount of ephemeral materials and new ideas of archives, new ideas of historical practices are taking place. Here I think about online databases but also the digitalization of museums’ collections. Everything is done in the light of a positive idea of access and sharing, but who is actually looking at these digital masses?


En quoi ton travail permet-il de réfléchir sur la production des archives et du savoir ?

How does your work reflect on the production of archives and the production of knowledge? 

Mon travail sur les éphémères s’est penché sur ces mécanismes, en essayant de révéler la façon dont les collections des musées de la mode naissent grâce à une relation unique entre l’industrie et les institutions culturelles publiques. Ce n’est pas unique (voir l’émergence des musées au XIXe siècle) mais dans le domaine de la mode, il semble que la connaissance existe dans un terrain ambivalent où les acteurs de l’industrie non seulement produisent mais ont aussi un “droit” de préserver et de raconter ses histoires. C’est tout à fait unique aujourd’hui et je pense que c’est aussi dû à un contrôle exercé par l’industrie de la mode, mais aussi au manque d’études universitaires dans ce domaine.

My work on ephemera was looking exactly at these mechanics, attempting to reveal the ways fashion museums’ collections come into being via a unique relation between the industry and public cultural institutions. This is not unique (see the emergence of museums in the XIX century) but in fashion it seems that knowledge exists in an ambivalent terrain where the actors of the industry not only produce but also have a ‘right’ to preserve and narrate its histories. This is quite unique today and I think it is also due to a control exercised by the fashion industry but also by the lack of academic studies in this field.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search