Le New Materialism et ses perspectives – Une discussion avec Anneke Smelik


Par Manon Renault.


Permettant de surmonter le dualisme entre matériel et immatériel, et en pensant l’agentivité du « non-humain » telles que les bactéries, les tissus et les interfaces technologiques, le nouveau matérialisme ouvre des perspectives méthodologiques nouvelles quant à l’étude de la mode.

En conversation avec Manon Renault, Anneke Smelik, professeure en culture visuelle à l’université de Radboud aux Pays-Bas évoque plusieurs de ces directions.

Bénéficiant d’un succès récent dans le champ anglo-saxon des études consacrées à la mode et aux vêtements, le new materialism, ou nouveau matérialisme, permet de tisser un cadre théorique envisageant les interactions entre le corps humain et les espace non-humains l’avoisinant.

Ce refus de percevoir l’homme comme centre du monde, permet de réfléchir quant à l’impact, et aux influences mutuelles entre les tissus composant les vêtements et les corps le portant. Dans la perspective néo-matérialiste le corps humain, les fibres, les tissus, les vêtements et les technologies sont inextricablement liés.

Nouveau paradigme de recherche, le new materialism critique les dérives de certaines études de mode héritières des Cultural Studies ayant centré l’analyse sur le discursif, les représentations, ou étudiant la mode au titre de langage. À cet égard, l’anthropologue Daniel Miller notait en 2005 « les chercheurs en études culturelles (cultural studies) réduisent les vêtements à leur capacité à signifier quelque chose qui semble plus réel (comme si ces choses existaient au-dessus ou avant leur propre matérialité) ». Quant à Karen Barad elle notait en 2003 dans  » Posthumanist performativity : Toward an understanding of how matter comes to matter « 

 « Le langage a reçu trop de pouvoir. Le tournant linguistique, le tournant sémiotique, le tournant interprétatif, le tournant culturel : il semble que, récemment, dans chaque tournant, chaque ‘chose’ — même la matérialité — soit considérée comme matière du langage ou comme toute autre forme de représentation culturelle. […] Le langage importe. Le discours importe. Seulement, il semble que la seule chose qui n’importe désormais plus soit la matérialité elle-même »

Dans le champ anglophone des études de mode, la chercheuse Anneke Smelik introduisait en 2018 la question par un article dans la revue The International journal of fashion studies. Celle qui co-éditait en 2016 avec Agnès Rocamora Thinking Through Fashion bataille pour une théorisation de la mode et s’intéresse aux questions de mode durable qu’elle lie à une perspective post-humaniste. Issue du champ des media studies, elle est notamment influencée par le travail du philosophe Gilles Deleuze, qu’elle relie aux perspectives du nouveau matérialisme qui transcende de nombreux dualismes.  

Trois ans après, Sartoria fait le point avec la chercheuse.

 

Manon Renault — Publié en 2018, votre article « New materialism: A theoretical framework for fashion in the age of technological innovation »  invite à introduire le « nouveau matérialisme » dans les études de mode, en soulignant le décalage entre l’approche linguistique dite culturelle ; et l’approche matérielle. Trois ans plus tard, comment se dessinent les débats ?
Published in 2018, your article « New materialism: A theoretical framework for fashion in the age of technological innovation » proposes – among other things – to take stock of the introduction of « new materialism » in fashion studies, pointing out the gap between the « cultural » post-structuralist approach and the material approach. Three years later, what do you observe? Where do the debates stand? 

Anneke Smelik  Trois ans, ce n’est pas très long dans le lent travail de la recherche, mais je suis heureuse de voir mon article cité, et que le cadre théorique que j’ai mis en place s’est avéré pertinent pour inspirer d’autres chercheurs.

L’ancien clivage entre une branche « linguistique » et une branche « matérialiste » de l’approche post-structuraliste est désormais reconnu comme faisant partie d’une riche généalogie. En évitant les polarisations simplistes, je vois de nouvelles tentatives pour combiner les deux dimensions, pour produire des lectures matérialistes et affectives de la mode, par exemple. 

Inversement, je constate une plus grande attention portée aux questions de représentation dans le cadre du tournant matériel, afin d’éviter les réductions sociologiques. On assiste à un remaniement de la production de connaissances au sein des sciences humaines et sociales, ce qui ne peut manquer d’avoir un impact sur les études de mode. Par exemple, Caroline Evans et Jussi Parikka ont écrit il y a quelques mois que « le nouveau matérialisme et la mode ont suscité récemment un intérêt considérable », affirmant qu’ils suivent les mêmes intérêts dans leur numéro spécial sur les films de mode. 

Une thèse de doctorat récente, rédigée par Swantje Martach, intègre le nouveau matérialisme au domaine des études de mode en créant  une « ontologie relationnelle des vêtements ». Il s’agit d’une thèse hautement philosophique qui peut être assez abstraite pour de nombreux chercheurs dans le domaine de la mode, mais je pense que les études de mode peuvent bénéficier d’approches plus théoriques pour apporter de la profondeur à ce domaine d’étude complexe.

Three years is not a very long time in the slow-moving work of scholarship, but my article has gained traction and is indeed cited quite a lot. I am glad the theoretical framework I set up proved relevant in inspiring other researchers and was somewhat prescient in detecting emerging trends. 

The old divide between a « linguistic » and a « materialist » branch of the post-structuralist approach is by now recognized as part of a rich genealogy. Avoiding simplistic polarizations, I see new attempts to combine the two dimensions; to produce materialist and affective readings of fashion, for instance. 

Conversely, I see more attention to representational issues within the material turn so as to avoid sociological reductions. There is quite a reshuffling of the knowledge production within the humanities and the social sciences and this cannot fail to impact upon fashion studies. 

For example, Caroline Evans and Jussi Parikka wrote a few months back that ‘There has been a significant amount of recent interest in new materialism and fashion’, claiming they follow the same interests in their special issue on fashion films. 

A recent PhD thesis, by Swantje Martach, brings new materialism to the field of fashion studies by creating what she calls an ‘relational ontology of clothes’. This is a highly philosophical dissertation that may be quite abstract for many researchers in fashion, but I do think that fashion studies can benefit from more theoretical approaches to bring depth to this complex field of study.  

La fin du dualisme humain/non humain est au coeur de l’approche du nouveau matérialisme permettant une approche non anthropocentrique de la mode. Dans ce contexte, quels sont les grands nouveaux rapports de force qui se dessinent ?  En bref, comment le nouveau matérialisme traite-t-il des rapports de force (sexe, genre, race, classe…) ?
By putting at the heart of the approach the end of the human/non-human dualism, the new materialism approach allows us to decentralize the anthropocentric reflection about fashion. What are the great new power relations that are taking shape ? How does new materialism put forward  the relationship of forces (sex, gender, class, race)?

C’est une excellente question car l’analyse du pouvoir reste très importante.

Pour reprendre Michel Foucault, je tiens à souligner que le pouvoir n’est pas seulement un facteur négatif, mais qu’il comporte aussi des éléments d’autonomisation. Par exemple, « le pouvoir au peuple » est en fait le slogan qui relie les mouvements BLM, #metoo et LBGTQI+. Nous vivons une époque intensément politique et je suis heureuse de voir que la résistance humaine est si forte. Tout cela est pertinent pour les études de mode, et de nombreuses revues ont accordé de l’attention  à la place  des vêtements, du style et la mode dans ce contexte. Les analyses des relations de pouvoir vont de pair avec la constitution d’un sentiment d’appartenance collective – l’institution du « nous », un sujet collectif capable de se soucier – ou de ne pas se soucier, d’ailleurs. 

Dans une époque marquée par la désagrégation et la polarisation, il est très important d’entretenir la solidarité et le soin. L’éthique du care a une longue histoire, notamment dans le féminisme, et c’est une notion importante que j’aimerais étendre à l’environnement (voir la question suivante).

Ce qui me frappe aujourd’hui ? La réorganisation majeure du macro-pouvoir en termes de géopolitique, provoqué par le déclin relatif de l’Atlantique Nord au profit d’un lien Chine-UE, impactant le design et la mode.

La connexion eurasienne est très forte. Nous vivons une époque où les urgences convergent, avec l’accélération de la production de technologies d’une part et la dévastation massive de l’environnement d’autre part. 

Les abus de l’arrogance anthropocentrique sont énormes, tandis que la violence sociale, économique et environnementale contre des personnes déshumanisées et les autres dites non-humaines se poursuivent. La pandémie de Covid-19 a accru notre dépendance à l’égard des technologies. Or elles constituent le cœur du capitalisme avancé et de ses injustices structurelles. 

This is a great question because an analysis of power remains so very important. 

I want to point out – with Foucault – that power is not just a negative factor as it also includes empowering elements. For example, ‘power to the people’ is in fact the slogan connecting the BLM and #metoo and LBGTQI+ movements. We are living through intensely political times and I’m glad to see human resistance being so strong. 

All of these are relevant for fashion studies, and many journals have paid ample attention to those movements in relation to clothes, style, and fashion. Sharp analyses of power relations go hand in hand with constituting a sense of collective belonging – the institution of « we », a collective subject capable of caring – or of not caring, for that matter. In an age of disaggregation and polarization, it is very important to compose solidarity and care. The ethics of care has a long history, notably in feminism, and it is a significant notion that I would love to extend to the environment (see the next question).

What strikes me today is a major reorganization of macro power in terms of geopolitics, with the relative decline of the North Atlantic in favour of a China-EU link that is having a major impact on design and fashion. 

The Eurasian connection is very strong. This is a time of converging emergencies, with accelerating production of technologies on the one hand and massive environmental devastation on the other. The abuses of anthropocentric arrogance are enormous, while social, economic and environmental violence against the dehumanized and non-human others continues. The Covid-19 pandemic has increased our dependence on the very technologies that constitute the core of advanced capitalism and its structural injustices. 

Pouvez-vous revenir sur la notion d’agentivité des objets au cœur du nouveau matérialisme. Et pourriez-vous nous parler de l’agentivité de l’image de mode ?
Could you come back to the notion of agentivity of objects at the heart of the new materialism. And could you tell us about the agentivity of the fashion image?

L’idée que les objets ont une agentivité est riche, complexe mais aussi controversée. Je pense qu’il y a encore des choses à explorer dans ce domaine pour les études de mode. 

La notion clé pour moi est la valeur relationnelle des objets, et non leur opacité ontologique. Je suis intéressé par l’étude des éléments complexes et hétérogènes, d’un assemblage d’humains avec des objets. Après tout, les vêtements sont portés sur le corps humain. 

La quasi-totalité de la dimension relationnelle, des alliances complexes avec les non-humains doit encore faire l’objet de recherches. La matérialité des objets et des images consiste en une séquence de processus de matérialisation de données, d’informations, d’affects et d’autres composants immatériels, dont le pouvoir de combinaison est presque infini. 

Il s’agit ici de relationnalité. J’ai lu un jour dans un livre du bouddhiste Thich Nhat Hanh que chaque page d’un livre contient le soleil et l’eau qui ont été nécessaires à la croissance de l’arbre dont est issu le papier. C’est une façon de penser à la fois très poétique et très matérialiste. Elle révèle des liens dont nous ne sommes généralement pas conscients. Pensez, par exemple, qu’un T-shirt en coton porte dans son tissu même la terre, l’eau et le soleil nécessaires pour faire pousser le coton, mais aussi la sueur des ouvriers qui ont cueilli et filé le coton, préparé le tissu et cousu le vêtement. 

Je trouve cela tellement inspirant de penser que des objets simples portent en eux le monde entier. C’est ainsi que nous devons développer notre éthique du soin. Prendre soin de cet humble t-shirt parce qu’il contient des éléments non humains comme le soleil, l’eau, la terre, ainsi que le dur labeur humain. La notion d’agentivité des objets signifie pour moi la reconnaissance de la façon dont chaque objet noue et tisse des liens à travers le monde humain et non humain. C’est pourquoi le nouveau matérialisme est ancré dans la pensée posthumaine.

The idea that objects have agency is rich, complex but also controversial. I think there is still a world for fashion studies to explore here. The key notion for me is the relational value of objects, not their ontological opacity. I am interested in investigating the complex and heterogeneous elements of an assemblage of humans with objects; clothes are, after all, worn on the human body. Almost all of the relational dimension of complex alliances with the non-humans still needs to be researched. 

The materiality of objects and images consists of a sequence of processes of materialization of data, information, affects and other immaterial components, which are almost infinite in their combinatory powers. 

The point here is relationality. I once read in a book by the Buddhist Thich Nhat Hanh how every page of a book contains the sun and the water that were needed to grow the tree from which the paper was made. This is both a very poetic and highly materialist way of thinking. It reveals connections that we are usually not aware of. Think, for example, how a cotton T-shirt has knotted into its very fabric the earth, water and sun needed to grow the cotton, but also the sweat of the labourers to pick and spin the cotton, prepare the fabric and sew the garment. I find it so inspiring to think how simple objects carry the whole world in them. This is how we need to develop our ethics of care: to take care of that humble T-shirt because it contains non-human elements like the sun, the water, the earth, as well as hard human labour. 

The notion of the agency of objects means for me acknowledging how each and every object knots and threads connections across the human and non-human world. That is why new materialism is embedded in posthuman thought.

Selon vous, comment la rapidité de la mode se matérialise-t-elle auprès du public ?
In your opinion, how does speed in fashion materialize with the public? 

La vitesse dans la mode se matérialise par une quête incessante de la nouveauté. Cela conduit à une surconsommation effrénée et irresponsable ainsi qu’à un grand gaspillage. 

À la base de cette consommation rapide, on trouve une forme d’ennui et un faible degré d’engagement. Acheter beaucoup de choses trahit un faible niveau de dynamisme. C’est une forme de consommation zombifiée. En ce sens, la vitesse se vide toujours. Si la consommation du siècle précédent était ostentatoire, la forme de consommation d’aujourd’hui s’effectue sous le sceau de la rapidité. 

La consommation est bien sûr profondément liée à l’identité, c’est pourquoi il est si difficile de la changer. Pourtant, la consommation rapide est comme une chute dans le vide, car elle ne pourra jamais combler le vide obscur qui se cache en chaque être humain. Une telle vitesse de consommation survient en raison de l’analphabétisme visuel et matériel, qui pousse les gens à consommer des images et des objets sans un minimum de compréhension de leurs structures, de leurs histoires et de leur agencement affectif. 

La vitesse peut donc être contrecarrée en prêtant attention à l’agentivité de l’objet, comme je l’ai décrit ci-dessus. En créant des connexions affectives avec l’objet, on peut ralentir le rythme de la consommation. C’est ce que Daniëlle Bruggeman appelle « dissoudre l’ego de la mode ». 

Ce n’est qu’en défiant l’ego avide que nous pouvons ralentir la fast fashion. C’est une question que j’aimerais approfondir : comment échapper à la vélocité en prenant très au sérieux la matérialité de la vie. Mais peut-être est-ce plus facile pour moi que pour les plus jeunes, maintenant que j’approche de l’âge vénérable de la retraite!

Speed in fashion materializes because of its relentless quest for the new. This leads to frantic and uncritical overconsumption as well as a great deal of wastage. At the basis of such speedy consumption lies a form of boredom and shallow degrees of commitment. Buying lots of stuff betrays low levels of affirmative energy. It is a form of zombified consumption. In that sense, speed always empties out. 

Whereas consumption in the previous century was conspicuous, today’s form of consumption is fast. Consumption is of course deeply connected with identity, which is why it is so hard to change. Yet, fast consumption is like falling into the void, because it can never fill up the dark emptiness that lurks in every human being. Such speed of consumption can only happen because of visual and material illiteracy, which makes people consume images and objects without a minimum understanding of their structures, histories and affective agency. Speed can therefore be counteracted by following the agency of the object, as I described above. By creating affective connections to the object, one can slow down the pace of consumption. This is what Daniëlle Bruggeman calls ‘dissolving the ego of fashion’. Only by defying the hungry ego, can we slow down fast fashion. It is something I would like to investigate further: how to escape velocity by taking the materiality of life very seriously. But perhaps this is easier for me than for younger people now that I’m nearing the venerable age of retirement.

Une partie de vos travaux portent sur les représentations homme-machine dans la culture . Aujourd’hui votre démarche revient à la matérialité des objets : un parcours qui reflète l’évolution de la théorie de la mode ?
You have worked on the man-machine representation in culture, and today your approach returns to materialism:  a journey that reflects the evolution of fashion theory ?

Cette question présuppose une opposition entre le culturel et le matériel, qui n’existe pas pour moi. J’ai reçu une formation en études des médias, et j’ai toujours résisté à l’orientation linguistique des études culturelles. 

Dans la culture médiatique contemporaine, le visuel me semble bien plus important que la linguistique. La manière dont j’effectuais les analyses visuelles était très ancrée dans les notions de pouvoir issues des études de genre. Mon itinéraire de l’analyse visuelle vers une meilleure appréciation de la matérialité des signes était très lié à un intérêt pour les technologies anciennes et nouvelles. 

La prise en compte de la technologie m’a rendue plus consciente de la matérialité et de l’archéologie des médias visuels. À partir de mon travail sur les cyborgs, la transition vers la technologie des vêtements s’est faite en douceur. C’était ma première rencontre avec les études de mode. Les études de mode ont renforcé mon intérêt pour la matérialité. 

Sur le plan théorique, je suis assez intriguée par le fait que, au moment où la matière perd ses limites essentialistes réductrices, elle devient virtuelle et « intelligente ». En effet, une nouvelle articulation théorique devient nécessaire lorsque la nature de la matière se transforme, pour ainsi dire, en une vitalité médiatisée par la technologie. 

Tout cela se produit dans un contexte de crise écologiques. La complexité de ce changement est le défi central de la théorie critique.

This question presupposes an opposition between the cultural and the material, which does not exist for me.

My training was in media studies and I have always resisted the linguistically oriented focus in cultural studies. The visual in today’s media culture seemed to me so much more important than the linguistic. The way that I performed visual analyses was very much grounded in notions of power taken from gender studies. 

My itinerary from visual analysis to a better appreciation of the materiality of signs was very much connected to an interest in old and new technologies. Taking technology into account made me more aware of the materiality and archaeology of visual media. From my work on cyborgs it was a smooth transition to wearable technology. That was my first encounter with fashion studies. Fashion studies reinforced the renewed focus on materiality. 

Theoretically, I am quite intrigued that just as matter loses its reductive essentialist edges it becomes virtual and ‘smart’. Indeed, a new theoretical articulation becomes necessary as the nature of matter shifts, so to speak, to technologically mediated vitality. 

Yet, all of this happens in an era of ecological disasters. The complexity of that shift is the core challenge for critical theory.

Quelle est la réception anglophone de Deleuze, et quel rôle peut-il jouer pour repenser les études en mode ?
What is the Anglophone reception of Deleuze ? What role can he play in rethinking the epistemology of fashion studies ? 

La réception de Deleuze en anglais est riche et variée, car elle est en plein essor depuis des décennies maintenant. Il existe un véritable champ qui s’appelle les Deleuze Studies. Si la réception de Deleuze dans les études de mode a été assez lente, je suppose que c’est parce que le domaine est plutôt sous-théorisé par rapport aux études des médias ou aux études culturelles. 

J’espère avoir contribué à une meilleure compréhension de la pertinence de Deleuze pour les études de mode, en soulignant que son approche contourne les oppositions dualistes et permet ainsi de nouvelles façons de penser. Le matérialisme vital de Deleuze nous permet de dépasser les clivages, comme celui entre l’humain et le non-humain, et de penser au continuum entre ces différents plateaux. La philosophie de Deleuze aide à créer des connexions transversales qui sont centrales pour les défis politiques et écologiques d’aujourd’hui.

The reception of Deleuze in English has been quite rich and varied, as it has been booming for decades by now. 

There is a vast and veritable field that is called Deleuze Studies. Reception of Deleuze in fashion studies has been quite slow—I guess because the field is rather undertheorized compared to the fields of Media Studies or Cultural Studies. 

I hope to have contributed to a better understanding of the relevance of Deleuze for fashion studies, by stressing that his approach bypasses dualistic oppositions and thus empowers new ways of thinking. Deleuze’s vital materialism allows us to bridge divides, such as between the human and non-human, and think more affirmatively about the continuum between these different plateaus. 

Deleuze’s philosophy helps create cross-over connections that are so important for the political and ecological challenges of today. 

Bibliographie / Bibliography

  • Bruggeman, Daniëlle, Dissolving the Ego of Fashion. Engaging with Human Matters. ArtEZ Press, 2018.
  • Evans, Caroline and Jussi Parikka, ‘Introduction: touch, click and motion: archaeologies of fashion film after digital culture’. Journal of Visual Culture Vol 19 (3) 2020: pp 323–339. DOI 10.1177/1470412920966015 
  • Martach, Swantje, Towards a New Materialist Ontology of Clothing, PhD thesis, Universitat Autònoma Barcelona, 2020.
  • Smelik, Anneke, ‘Fractal Folds: The Posthuman Fashion of Iris van Herpen’. Fashion Theory. The Journal of Dress Body & Culture. Published online December 2020. 

 

 

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search